le Sénat et le jardin du Luxembourg pendant la deuxieme guerre mondiale - Le patrimoine oublié d'Ile de France

Aller au contenu

Menu principal :

Fortifications > Vestiges de guerre


LE JARDIN DU LUXEMBOURG ET LE SENAT

A partir de 1934 l'état français décide de faire construire des abris souterrains a l'épreuve des bombes mais surtout des gaz afin de protéger les institutions française et permettre a l'état de fonctionner si une nouvelle guerre éclatée.
Entre 1937 et 1939 ne nombreux abris sont construits sous les ministères, les gares, les centres de télécommunications et bien sur au Sénat.

Le 3 Septembre 1939, la France déclare la guerre à l'Allemagne
Le 14 Juin 1940 les allemands rentrent dans Paris. Les réquisitions commencent.
Le 28 Septembre le Palais du Luxembourg est occupé par l'état-major général de la Luftwaffe pour tout le front de l'Ouest, et le Petit Luxembourg est aménagé pour le Feld-maréchal Speerle qui le dirige. Les effectifs en place sont d'environ 1 500 personnes.




______________________________________________________________

PLAN GENERAL DU SYSTEME DE DEFENSE ALLEMAND


En rouge: les carrières et les abris souterrains - En bleu: les défenses en surface (chars, barrages, guérîtes, etc. ...)

______________________________________________________________

PHOTOS DES DEFENSES ALLEMANDES


______________________________________________________________



LES ABRIS SOUTERRAINS



L'abri français de 333m est construit sur deux niveaux sous les Jardin de la présidence du sénat (dit l'abri du musée), celui-ci n'est pas relié au réseau de carrières et n'est accessible que par un escalier situé dans les jardins. A la fin de sa construction, au printemps 1939, des essais techniques sont pratiqués pour valider l'installation et des masques a gaz sont mis a disposition dans l'alvéole n°6 au 2éme sous-sol.
Il possède tous les équipements typiques des abris anti-aériens: groupe électrogène, vélos dynamo, appareils de détections de gaz de combats, système de régénération de l'air et divers accessoires.


abri francais du Senat
construction de l'abri francais du Senat
construction de l'abri francais du Senat
Plan de l'abri de la présidence


L'ABRI 1

Fin 1943, les Allemands décident de construire pour la Luftflotte 3 commandé par Hugo Speerle, sous la partie du Jardin du Luxembourg contiguë à la façade est du Palais, un abri souterrain dont le radier sera à 15 mètres au-dessous du sol. Il comprendra une grande galerie de circulation nord-sud qui desservira 10 galeries d'abri perpendiculaires.
La galerie de 100 m rejoint les carrières de Paris et permet aux allemands de se rendre directement via les souterrains aux autres abris construits aux alentours du jardin du Luxembourg dont notamment l'abri du lycée Montaigne
Au 18 août 1944, date d'abandon du chantier, seulement 7 des 10 alvéoles sont complètement terminées.

Le gros bloc de béton que l'on voit en surface n'est en fait qu'une dalle d'éclatement destinée a empêcher des obus de transpercer le sol et d'atteindre ainsi le bunker situer a 15 m sous terre.

Cet abri est encore utilisé de nos jours et est connu sous le nom d'abri Medicis .
Il sert d'atelier et le lieu de stockage pour les peintres, les plombiers ou bien les maçons.
Il sert aussi de réserve, notamment de cheminées, de plaques de cheminées, des statues du jardin , des bustes de sénateurs et de Richelieu.


abri du sénat - mediicis
 
 
 
 
 

L'ABRI 2

En avril 1944 les allemands commencèrent la construction d'un 2 éme abri de 3 alvéoles entièrement bétonné pour servir d'abri au reste du personnel allemand présent au sénat ainsi que de dépot de munitions.
Comme l'abri 1 il etat prévu qu'il soit protégé des bombardements par un remblai de 2m50 de terre , le tout recouvert par une dalle de béton de 2m d'épaisseur.
A cause du débarquement et de l'avancée rapide des alliées les allemands  n'auront pas le temps de construire la dalle.
Cet abri est toujours là et est connu sous le nom d'abri du musée.



______________________________________________________________


LA REDDITION ALLEMANDE


Devant l'avance des troupes alliées, l'état-major de la Luftwaffe quitte progressivement le Palais du Luxembourg entre le 12 et le 18 août 1944. Il y est remplacé, dans l'après-midi du 18 août, par des troupes de choc auparavant cantonnées au lycée Montaigne et que renforcent des SS et une compagnie de Schutzpolizei , soit au alentour de 300 hommes sous le commandement du Colonel Berg.

Le Palais est libéré en fin d'après-midi le 25 août 1944 par l'action conjuguée de la 2ème DB et des FFI.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu